Le petit homme vert

L’incroyable histoire de l’éolien offshore en 4 points clés

Dans le but de conduire la France vers une transition énergétique permettant de lutter contre le réchauffement climatique, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) s’est engagée à développer l’exploitation des énergies renouvelables dans les dix années à venir. L’éolien en mer utilisé essentiellement pour produire de l’électricité fait partie des initiatives mises en place afin d’atteindre cet objectif.

En France, le développement de la filière éolien offshore a commencé en 2011 et 2013 par deux appels d’offres : La création de 6 parcs au large de l’ouest de la France avec une attribution de 3000 MW.

Mais qu’est-ce que c’est l’éolien offshore ? Dans quelle mesure ce mode de production énergétique est-il avantageux ? Quels sont les défis à relever et les perspectives d’avenir liés à ce type d’énergie renouvelable ?

Qu’est-ce que c’est l’éolien offshore ?

eolien eolien éolien offshore

Les éoliennes en mer ou « Offshore » sont implantées dans les mers ou océans à plus de 10 km des côtes. Elles sont liées à des réseaux à l’aide de câbles sous-marins. Le processus de fonctionnement d’une éolienne offshore est le même qu’une éolienne terrestre ( Pour en savoir plus sur l’éolienne terrestre cliquez sur le lien suivant) : Le vent fait tourner les pâles de l’éolienne qui a leur tour font tourner un générateur. Le générateur transforme ensuite l’énergie mécanique issue du vent en énergie électrique. Les modèles des turbines sont cependant différentes des éoliennes terrestres pour l’adaptation à l’environnement maritime. En effet, elles sont plus grandes.

Les éoliennes en mer sont divisées en deux catégories principales : Il y a les éoliennes fixes pouvant être implantées dans les fonds marins et les éoliennes flottantes destinées à être positionnées dans des endroits où la profondeur des fonds marins ne permet pas l’installation d’une éolienne fixe.

À l’heure actuelle ce mode de production énergétique se développe. De nombreux appels d’offres sont en cours et des consultations sont menées afin de déterminer des zones pouvant accueillir des projets d’éolien en mer.

Quels avantages peut-on tirer à exploiter l’éolien en mer ?

Le principal avantage réside du fait que les vents marins soient forts et que les éoliennes offshore soient plus puissantes que les éoliennes terrestres. Les rendements énergétiques sont ainsi plus élevés. En effet, au large, les vents sont plus soutenus et réguliers que les vents terrestres, une éolienne en mer peut ainsi produire deux fois plus d’énergie qu’une éolienne sur terre.

Les parcs éoliens en mer peuvent par ailleurs couvrir une capacité bien plus importante qu’à terre ( 500 MW au large contre 10 MW sur terre).

L’éolien en mer permet également de répondre aux problèmes liés aux nuisances sonores, visuelles et aux impacts sur la biodiversité. À cela s’ajoute que l’éolienne est une technologie décarbonée.

Enfin, l’éolien en mer génère des emplois locaux : En recherche et développement, en installation et en maintenance. D’ici la fin de l’année 2020, ce sont plus de 10 000 emplois qui seront créés à la suite des différents appels d’offre ayant été lancés ces dernières années.

Quels défis à relever pour améliorer la part de l’éolien en mer au mix énergétique français ?

Les principaux inconvénients liés à la mise en place de ce mode de production énergétique sont les coûts de production et d’installation. Cependant, depuis quelques années les coûts sont en baisse en Europe. Le prix est actuellement de 60 euros / Mwh avec raccordement.

Une baisse des coûts est également attendue pour les éoliennes flottantes avec un coût de 150 euros / Mw pour les futurs projets en 2028.

Par ailleurs, bien que les vents soient plus puissants en mer, l’énergie éolienne demeure intermittente.

Ensuite l’installation et la maintenance d’éoliennes de mer ne sont pas des procédés aisés à mettre en place. Il faut utiliser des bateaux. De plus il faut du temps pour réparer les pannes ce qui peut entraîner une perte de production.

Des impacts environnementaux peuvent également survenir lors de la construction des éoliennes : Perturbation de la faune aquatique à cause des vibrations et du brassage des sédiments, risques de collisions avec les oiseaux migrateurs.

Quel avenir pour l’éolien offshore ?

De nombreux constructeurs s’intéressent à construire des éoliennes plus puissantes. À l’heure actuelle, certaines d’entre elles ont des puissances pouvant aller jusqu’à 6 MW. L’objectif serait d’atteindre 7 à 10 MW dans le futur.

L’ambition dans ce secteur consiste aussi à développer les technologies d’éolien farshore (plus de 30 km des côtes) étant donné que le vent est plus soutenu au large. Par ailleurs, le partage de l’espace maritime serait moins problématique.

Pour en savoir plus sur les perspectives d’avenir, cliquez sur le  lien suivant.


Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux pour en discuter avec votre entourage.

Quitter la version mobile